Sorties

Visiter des sites archéologiques : Paestum et Pompéi

Visiter des sites archéologiques, ce n’est pas seulement découvrir de vielles pierres …

Aller dans le sud de l’Italie et ne faire que de la piscine aurait été pour moi une hérésie ! Avec tous les sites archéologiques qui s’offraient à nous, le reste de la famille n’a pas eu le choix que de me suivre sur les traces de la Rome Antique !!!

Mais pourquoi vais-je vous parler d’histoire ? Et bien d’abord parce que j’adore ça 🙂 Mais aussi parce que ces visites m’ont permis de photographier encore un peu plus les splendides paysages italiens à la végétation typiquement méditerranéenne, entre oliviers et lauriers roses …

Mes choix furent les suivants :

  • le site archéologique de Paestum, situé à seulement quelques kilomètres de notre hôtel.
  • la cité antique de Pompéi, incontournable !!! nous n’avons pas eu le temps de visiter Herculanum 🙁 ce sera donc l’occasion de revenir ! Pour cette visite, nous avions loué une voiture … Avoir notre véhicule, nous a également permis, le second jour, de varier nos visites et de découvrir la côte amalfitaine, qui sera l’objet de mon prochain article sur l’Italie, afin de vous décrire les merveilleux jardins de la villa Rufolo à Ravello !

Paestum

Bon … je vais tenter de ne pas vous faire crouler sous les vieilles pierres et les explications historiques, et essayer de vous transmettre plutôt ce qu’une amoureuse de la nature, peut ressentir en visitant le site archéologique de Paestum.

Un peu d’histoire quand même !

Ce site archéologique renferme des temples grecs parfaitement conservés, dans un cadre naturel figé dans le temps malgré mille cinq cent années de bouleversements sociaux.

L’occupation du site est très ancienne et remonte à la préhistoire, en témoigne la découverte d’une nécropole dont les vestiges sont conservés au Musée Archéologique.

L’espace urbain de Poseidonia, les temples, l’amphithéâtre, le forum sont le fruit d’une histoire marquée par les Grecs et les Romains débutée, selon Strabon, par l’implantation de colons achéens en fuite de Sibari, vers le début du VIIe siècle avant Jésus-Christ. Après une période d’apogée située autour du VIe siècle av. J.-C., la ville sera marquée par la présence romaine et connaîtra de profondes modifications de sa structure urbaine et de nouveaux bâtiments verront le jour durant le Ier siècle av. J.-C.

colonne Paestum

 Avec l’ère chrétienne, le centre de la vie sociale est transféré à Capaccio Vecchio, sur la colline ; l’influence de l’Église redonne alors au site son prestige, ce dernier devenant siège épiscopal. Mais en 1246, après les incursions de l’empereur Frédéric II en Provence et en Italie, la ville sombre dans l’oubli, noyée dans la brume des marécages, qui font fuir les habitants pour plusieurs siècles.

Le site resurgit de terre progressivement à partir de le seconde moitié du XVIIIe siècle, sous l’impulsion d’une élite éclairée qui fit de Paestum une étape incontournable du « Grand Tour », nom donné au voyage d’exploration et de formation à l’origine du tourisme culturel que l’on connait aujourd’hui. Les fouilles archéologiques permettent alors de faire apparaître les restes de la cité antique entre le XIXe siècle et les années 1970 …

Aujourd’hui, Paestum est une magnifique cité possédant des monuments majestueux trônant au milieu d’une nature intacte, comme préservée par le temps. Visitez Paestum et replongez dans une cité hors du temps, longez les vielles pierres, admirez les temples, pénétrez dans la basilique, imaginez l’effervescence d’une vie urbaine au sein d’une ville prospère … Un moment serein entre les lauriers roses et les fleurs sauvages, assis sous un olivier ou en observant le site depuis le temple de Neptune.

vue panoramique du temple d'Athena

Le parc archéologique de Paestum

Vous commencez la visite par la découverte du temple d’Athéna, plus connu sous le faux nom de temple de Cérès (fin VIe siècle av. J.-C.), peut être à cause de l’habitude des colons grecs d’ériger aux portes des villes un temple consacré à la déesse des moissons et de l’agriculture (selon Vitruve dans son Architectura, Ier siècle av. J.-C.).

Ce furent les fouilles archéologiques modernes qui ont rétabli la vérité sur le nom de ce temple, en faisant ressurgir des matériaux votifs et des statuettes de la déesse Athéna.

Le grand temple s’élève donc fièrement dès l’entrée du parc et l’on plonge immédiatement dans une Grèce antique baignée de ciel bleu et de la chaleur d’une matinée d’été.

temple d'Athena

Il faut ensuite poursuivre la découverte des lieux en vous dirigeant vers le temple de Neptune et la basilique, les deux autres monuments grandioses et parfaitement conservés de Paestum.

Vers le temple de Neptune et la basilique

vue temple de Neptune

Devant le temple d’Athéna, vous découvrez Paestum et la nature qui a colonisé le site ; une colonisation parfaitement maitrisée cependant, le parc étant très bien entretenu.

Pour rejoindre le temple de Neptune, il faudra traverser le Forum, plonger dans le temps, arpenter les anciennes ruelles que mère nature a recouvert de fleurs sauvages …

Partout de petites fleurs tapissent le sol, et vous découvrez :

La chicorée sauvage

Les petites fleurs bleues de la chicorée s’ouvrent le matin pour se faner le soir.

chicorée sauvages à Paestum

La mauve sauvage

La mauve est une petite fleur peut exigeante que l’on rencontre facilement à l’état sauvage. Elle est reconnue pour posséder de multiples vertus thérapeutiques.

Les scabieuses des champs (ou knautie des champs)

Petites plantes vivaces très mellifères que l’on peut confondre avec les scabieuses, très faciles à cultiver au jardin et tout aussi appréciées des abeilles et autres insectes butineurs!

scabieuse et insecte à Paestum

Le parc est également apprécié des oliviers, arbres du milieu méditerranéen par excellence.

L’arbre est roi à Paestum, entre les ruines du forum, il surgit pour conquérir les lieux et en devenir maître.

Mais les lauriers roses sont finalement ceux que l’on retient le plus, ils sont la lumière de Paestum et l’on apprécie de découvrir leurs fleurs doubles laissant entrevoir la beauté du temple de Neptune.

laurier rose paestum

laurier et temple de Neptune Paestum

Sur le chemin du temple et avant le Forum, il faudra également s’arrêter et découvrir l’ekklesiasterion, ancien siège des assemblées et l’édifice le plus ancien de l’agora ; les citoyens absents, l’herbe a recouvert les bancs de l’assemblée, mais il nous semble toujours entendre les débats animés des membres de la cité qui votaient les lois et élisaient les magistrats. Ce lieu pouvait accueillir jusqu’à 1700 personnes.

siège de l'assemblée Paestum

Il faudra ensuite se diriger vers l’amphithéâtre, arène où se déroulèrent des spectacles de cirque et de gladiateurs, lieu incontournable de la vie d’une ville romaine florissante.

amphithéâtre Paestum

 Le temple de Neptune et la basilique

Le temple de Neptune

Vous avez traversé le Forum et vous voilà enfin à proximité du magnifique temple de Neptune.

temple de Neptune

Le temple fut construit vers la moitié du Ve siècle av. J.-C. et il est l’un des édifices doriques les mieux conservés de la Grande-Grèce.

Depuis le temple et entre les colonnes, observez le site, calme, grandiose, baigné de lumière qui éclaire une végétation à la fois sèche et luxuriante.

vue panoramique temple d'athena paestum

La basilique

Puis, après une petite halte sous les pins, surgit la basilique, dont le nom est dû à l’absence de frontons, élément manquant qui a fait penser aux érudits du XVIIIe siècle qu’il s’agissait d’un bâtiment civil.

Il faut pénétrer dans cet édifice qui avait été transformé en église chrétienne, s’imprégner des lieux, admirer l’ouvrage si parfaitement conservé.

vue intérieure basilique Paestum

Voilà, vous venez de découvrir l’antique poseidonia et ses monuments, au cœur de la nature ; cette visite pourra se poursuivre par la découverte des vestiges conservés au musée où sont notamment regroupées les fresques magnifiques du site, dont celle, mystérieuse, dite « de la tombe du plongeur ».

moi à Paestum

Le second site, dont je voulais vous parler, est celui de la cité antique mondialement connue de Pompéi.

Pompéi

Ce site est également à ciel ouvert, puisque l’on visite l’antique cité de Pompéi, entièrement ensevelie après une éruption volcanique du Vésuve, en 79.

Cette ville du monde antique, ne se releva pas de ses cendres et la cité fut pratiquement abandonnée. Ce n’est qu’à l’extrême fin du XVIe siècle que la ville fut redécouverte, lorsqu’un canal fut creusé pour les eaux du Sarno. Mais les fouilles ne furent pas davantage poussées et ne furent reprises que durant la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Aujourd’hui, l’on visite un lieu, fruit de fouilles approfondies et méticuleuses, qui nous fait replonger au Ier siècle de notre ère, le jour de l’éruption, dans une ville fantôme que même l’agitation touristique ne parvient pas à ranimer à nouveau …

La ville antique

La description que je vous ferai du site archéologique de Pompéi, sera beaucoup plus brève que celle de Paestum.

Pompéi est un site remarquable, mondialement connu, sur lequel on trouve pléthore d’informations, aussi je ne vous parlerai que de mes impressions sur le lieu, bien différentes de celles que j’avais eu après la visite de Paestum.

Nous sommes rentrés par l’entrée située au niveau de l’Amphithéâtre et de la Grande Palestre (Regio II), pour pénétrer sur le site par le complexe des propriétés de Giulia Felice.

entrée de Pompei

Nous sommes ensuite entrés dans une ville, aux rues étroites et aux maisons serrées ; les villas s’enchainaient et je fut marquée par le manque d’entretien du site … beaucoup de maisons étaient fermées et gagnées par la végétation, leur entrée était bloquée par une épaisse grille ; beaucoup de maisons voyant leur structure s’écrouler … et je ne vous parle pas des chiens errants, comme si des personnes vivaient encore sur les lieux !!!

L’on est entré dans une première villa, bien entretenue celle-ci et aux fresques magnifiques.

Mais pour moi qui aime la nature, cette dernière n’est ici présente, malheureusement, que pour endommager la ville antique … On rencontre bien parfois un jardin entretenu et protégé, mais on est davantage marqué par les dommages causés par la végétation, plutôt que par sa capacité à embellir le site …

maison et laurier pompei

Je ne m’étendrai pas davantage sur le site de Pompéi, nous avions visité sous la pluie, et nous ne sommes montés que jusqu’au Forum, à cause des intempéries et de l’état de lassitude des filles, trempées … Surtout, je n’ai pas pu sortir mon appareil photo 🙁

Ainsi, de mes deux visites, c’est celle de Paestum que j’ai préférée, loin de l’agitation touristique, dans un cadre naturel préservé. Pompéi est une cité hors du temps, silencieuse malgré le monde présent et s’agitant dans tous les recoins … J’aurais aimé errer davantage dans les rues et les bâtiments, marcher sereinement et m’imprégner de l’histoire du site en contemplant un jardin, en m’imaginant une personne se désaltérant à une fontaine publique (l’usure de la pierre en restant à jamais le témoin). De Paestum, je pouvais essayer de retranscrire les émotions procurées par le site, tant ce dernier inspire calme et sérénité ; mais il faudra vous faire vos propres impressions de Pompéi, tant l’agitation des lieux rend difficile toute imprégnation de ce site pourtant magnifique et dont on attend une vraie magie en le découvrant, et pourtant …

vue interieur dune maison pompei

Prochain voyage : la villa Rufolo à Ravello, entre enchantement et dépaysement !!!

Sur le même thème…

Laisser un commentaire

  Notifiez-moi : 

Plus dans Sorties
Une nouvelle sortie en famille : le Hameau de la reine à Versailles et le zoo de CERZA à Lisieux

Sortie en famille J'adore les sorties en famille, en plein air, et profitant du temps ensoleillé, dès vendredi, j'ai d'abord...

Fermer