Drôles de petites bêtes

Reconnaître les papillons du jardin.

Les papillons du jardin : apprendre à les identifier.

Me voilà de retour après des vacances merveilleuses au Québec : nature, paysages magnifiques, animaux sauvages majestueux … Un condensé de découvertes et de bonheur en famille … Aujourd’hui, le Canada est un doux souvenir et je reprends avec vous le chemin du jardin 🙂

Fadet photographié au Québec
Fadet photographié au Québec

Pour débuter le mois d’aout en toute légèreté, j’avais envie de vous parler d’un sujet qui me tient à cœur depuis longtemps : Comment reconnaître et nommer les papillons du jardin ?

J’adore les photographier, les observer … aussi j’ai souvent cherché leur nom sur internet, mais je n’ai jamais trouvé de site qui réponde clairement à mes questions ; les informations sont ou trop compliquées, ou les photos ne permettent pas de bien les différencier, ou il n’y a pas de nom associé à la photo :-/

Bref, je me suis armée de patience depuis le début du printemps, j’ai cherché et acheté un bon livre pour apprendre à les reconnaître, et je vous livre enfin le résultat de mes premières recherches. Je compte bien enrichir progressivement cet article, car je suis sure qu’en fonction des années, les papillons qui peuplent mon jardin sont plus ou moins nombreux et différents.

Silène du Québec
Silène du Québec

Alors, quels sont ces papillons du jardin ?

Les principaux papillons au printemps et en été.

Au printemps, les premières sorties.

Ce billet n’aura pas pour vocation de dénombrer tous les papillons rencontrés en IDF, mais seulement ceux de mon petit jardin urbain. Et surtout, il ne sera pas une liste exhaustive !

Aller, c’est parti pour un retour aux premières sorties printanières !

  • L’Aurore (superfamille des papilionoïdes, famille des piéridés)
Papillon Aurore femelle au mois d'avril 2019
Aurore femelle

L’Aurore est un des papillons du jardin que j’ai rencontré dès le mois d’avril. Il est un brin hyperactif et difficile à photographier. On peut le rencontrer du mois d’avril et jusqu’en juillet.

Sur la photo, il s’agit d’une femelle, reconnaissable à ses ailes arrondies majoritairement blanches alors que le mâle dispose d’une plage orange et d’un point noir sur l’aile antérieure (pas de photo, trop rapide 😆, mais dès que je le “capture”, je vous le montre) ; le revers de leurs ailes postérieures est marqué par des marbrures vertes.

Fleurs appréciées : l’Iberis ou Corbeille d’argent (Iberis sempervirens), les Aurores butinaient presque exclusivement ce joli couvre sol étincelant.

  • Le Cuivré commun (superfamille des papilionoïdes, famille des lycénidés)
Papillon Cuivré commun au mois d'avril 2019
Cuivré commun

Ce petit cuivré apparaît au jardin dès le mois d’avril également et peut y séjourner jusqu’en octobre. Sa fleur préférée dans mon jardin : toujours la corbeille d’argent !!

Papillon Cuivré commun

Ce joli papillon orangé est reconnaissable à ses ailes antérieures cuivrées avec la bordure externe noirâtre … Mais surtout à ses points externes noirs entourés de blanc sur fond orangé. Les faces internes des ailes sont orange bordées de noir pour les ailes antérieures et noires bordées de orange pour les ailes postérieures.

Après quoi, les papillons du jardin ce sont fait bien rares, les températures printanières étaient devenues franchement fraîches et les insectes étaient restés au chaud, au moins jusqu’en juin, mois lors duquel j’ai pu à nouveau observer les petits voltigeurs !!

Avec l’été, retour de la légèreté et de la poésie au jardin.

  • La Belle-Dame (superfamille des papilionoïdes, famille des nymphalidés)
La Belle-dame sur un buddleia
Belle-dame

La Belle-dame est un papillon migrateur que l’on rencontre dans presque toutes les régions du monde entre mai et septembre. Ici, je l’ai photographiée début juillet en train de se rassasier sur des fleurs de buddleia, ses préférées dans mon jardin !!

Belle-dame butinant les fleurs du buddleia

Ce gracieux papillon est reconnaissable à ses 5 ocelles alignés sur le revers des ailes postérieures, mais aussi à ses ailes intérieures orangées tachées de noir et blanc.

Cette Belle-dame ne m’a pas cependant fait le plaisir de s’approcher et elle est restée très haut dans l’arbre (là encore, une nouvelle photo serait la bienvenue 😉 ) … Mais elle y a passé tout l’après-midi, me permettant ainsi de bien l’identifier, se partageant le nectar avec un grand habitué du jardin …

Belle-dame et paon du jour

Septembre 2019, la Belle-Dame se laisse approcher 😉

Belle-Dame
  • Le Paon du jour (superfamille des papilionoïdes, famille des nymphalidés)
Papillon Paon du jour sur fleurs de buddleia
Paon du jour

Parmi les papillons du jardin les plus fréquemment observés, on trouve le Paon du jour, à l’aspect unique, il ne ressemble à aucun autre ! Présent de mars à août, il m’est même arrivé d’en photographier un en décembre (17 décembre 2017 exactement, photo Facebook !).

Il possède de grandes ailes rouge ferrugineux bordées de gris, chacune d’elle est ornée d’un “œil de paon”, ce qui permet de l’identifier sans ambiguïté ! Lorsqu’il referme ses ailes, ces dernières sont d’un joli noir de geai.

Il adore les fleurs de buddleia sur lesquelles il passe toutes ses journées ; mais aussi les fleurs de bourrache ! Il est très facile à observer et à photographier, il prend toujours son temps 🙂

Papillon Paon du jour sur fleurs de buddleia
  • Le Myrtil (superfamille des papilionoïdes, famille des nymphalidés)

Le Myrtil est un petit papillon qui apprécie de se poser sur les buissons exposés à l’ombre, en général de juin à septembre.

Papillon du jardin, femelle myrtil
Myrtil

Le Myrtil possède des ailes brun intense et la femelle présente sur les ailes internes antérieures, une tache orangée nette contenant un ocelle, alors que la tache orange est plus diffuse chez le mâle. J’ai bien constaté que mon petit papillon était une femelle lorsqu’il volait, mais dès qu’il se posait, il refermait ses ailes 😩

Femelle myrtil
  • Le Demi-deuil (superfamille des papilionoïdes, famille des nymphalidés)
Papillon du jardin, Demi-deuil butinant dans la prairie fleurie
Demi-deuil

Le Demi–deuil, ou papillon Échiquier, n’a fait que quelques brèves apparitions au mois de juillet, mais des apparitions remarquées ! C’est un très beau papillon aux ailes alternant de tâches blanches et noires, le dessous de ses ailes postérieures étant marqué par une ligne d’ocelles noirs cerclés de blanc. Il visite nos jardins de juin à août.

Demi-deuil papillon du jardon noir et blanc

Le Demi-deuil appréciait les fleurs du buddleia, qui porte décidément bien son surnom d’arbre à papillons ! Mais aussi celles, diverses et variées, de ma petite prairie fleurie, butinant un peu chacune d’entre elle !

Demi-deuil sur fleurs de buddleia
  • Le Grand-collier argenté (superfamille des papilionoïdes, famille des nymphalidés)

Le Grand-collier est l’un des papillons du jardin que j’ai également le moins vu cette année, il est apparu brièvement début juillet, alors qu’on peut le rencontrer entre avril et septembre (donc j’ai encore la possibilité de le voir !!), avec une pose en juin.

Papillon Grand-collier argenté sur fleurs de buddleia au jardin
Grand-collier argenté

Il est reconnaissable à ses ailes fauve orangé, marquées de forts dessins noirs ; ses ailes antérieures sont anguleuses, alors que ses ailes postérieures sont arrondies. Le dessous de ses ailes postérieures est brun fauve avec des tâches orange et blanc argenté.

Grand-collier argenté sur fleurs de buddleia

Et devinez quoi ? Il adorait les fleurs du buddleia !!

  • La piéride du chou (superfamille des papilionoïdes, famille des piéridés)
Identifier les papillons du jardin : la piéride

La piéride du chou, LE papillon qui m’a donné le plus de mal à photographier en juin/juillet, il ne tenait pas en place !! Ce petit papillon blanc apparaît dès le mois d’avril et on peut le rencontrer jusqu’en août, nettement plus tranquille à ce moment là de sa saison 😉

Papillon Piéride du chou femelle
Piéride du chou femelle

La piéride est reconnaissable à ses ailes blanches et arrondies, marquées de noir pour les ailes antérieures ; seule la femelle possède deux points noirs sur l’aile interne antérieure.

La piéride apprécie toutes les fleurs du jardin, les explorant d’un vol puissant, irrégulier et relativement rapide 😄

  • L’Amaryllis (superfamille des papilionoïdes, famille des nymphalidés)
Deux Amaryllis sur fleurs de menthe
Amaryllis

L’Amaryllis est reconnaissable à ses ailes fauve orangé avec une large bordure brun foncé ; l’aile antérieure présente un ocelle noir doublement pupillé de blanc, et un petit ocelle discret sur l’aile postérieure (parfois absent). Le dessous de l’aile antérieure est fauve orangé avec un ocelle noir à double pupille blanche. Le dessous de l’aile postérieure est brun et gris avec une série d’ocelles.

Un papillon Amaryllis sur une feuille de dahlia au jardin
Amaryllis femelle (pas d’androconies (bandes brunes) sur l’aile antérieure interne)
Un Amaryllis sur une feuille de menthe

Ce petit papillon est très actif en ce moment, notamment sur les fleurs de ma menthe dont il raffole ! Mais il visite nos jardins exclusivement en juillet et août.

  • L’Hespérie de la Houlque (superfamille des papilionoïdes, famille des hespéridés)

Fin juillet j’ai pu observer une seule fois une petite Hespérie de la Houlque.

Papillon Hespérie de la Houlque sur fleurs de vipérine
Hespérie de la Houlque sur une fleur de vipérine

Ce papillon présente un gros corps, des antennes bien séparées à la base et dont les extrémités ne sont pas crochues ; ses ailes sont brun orangé avec une bordure noirâtre, et le dessous est fauve et brun ; seul le mâle possède un fin trait noir sur l’aile antérieure.

Observable de mars à août, ce petit papillon apprécie les fleurs sauvages des prairies fleuries, des friches ou des talus des routes.

Hespérie de la Houlque
  • Doublure jaune (superfamille des noctuoïdes, famille des érébidés)
Doublure jaune sur fleurs de menthe
Doublure jaune

La Doublure jaune (ressemblant à la pyrale des buissons) possède des ailes antérieures brunes avec 3 bandes transversales plus foncées, ses ailes postérieures sont jaune orangé rehaussées de bandes brunes.

Elle butine au soleil et peut pulluler certaines années, entre mai et août.

Doublure jaune sur fleurs de menthe
  • Le Moro-sphinx (superfamille des bombycoïdes, famille des sphingidés)

Et pour finir, mon petit chouchou le Moro-sphinx, un hyperactif au corps trapu possédant une longue trompe pour butiner des fleurs à corolle profonde que les autres insectes ne peuvent pas atteindre … Enfin les miens ne s’embêtent pas trop, chèvrefeuille et buddleia font très bien l’affaire !!

Papillon Moro-sphinx butinant le chèvrefeuille
Moro-sphinx

Le Moro-sphinx est présent partout en France d’avril à novembre ; il est difficile d’observer ses ailes, alors c’est à son abdomen présentant deux touffes de poiles noirs qu’il sera reconnaissable !

Moro-sphinx butinant le chèvrefeuille
Moro-sphinx butinant le buddleia

Le Moro-sphinx butine en pleine journée, en vol stationnaire, à la manière des colibris.

Papillon Moro-sphinx entrain de butiner au jardin

Et voilà … J’ai fini mon tour du jardin, j’espère vous avoir aidé à nommer certains papillons, même s’il est vrai que ceux que j’ai observés sont très communs, un peu partout en France 🙂

Avant de vous laisser, une dernière photo, celle d’un petit Amaryllis bien “documenté” !

Description d'un papillon du jardin

Alors ? Les principaux papillons de votre jardin sont ils différents ? Surtout si votre jardin est également situé en IDF 🙂

Évolution

Voilà voilà, la première évolution est arrivée assez vite, moins d’une semaine après la parution de l’article et un nouveau papillon est venu butiner le jardin !

  • Le Brun du Pélargonium (superfamille des papilionoïdes, famille des lycénidés) 19 août 2019
Brun du Pélargonium
Brun du Pélargonium

Le Brun du Pélargonium est un tout petit papillon que l’on peut croiser entre mai et octobre, arrivé d’Espagne dans les années 1990, on peut le voir aujourd’hui partout en France.

Il est reconnaissable à ses ailes marron bordées d’une frange blanche entrecoupée de marron.

Les ailes postérieures possèdent un ocelle noir cerclé de blanc et elles sont prolongées d’une fine queue à pointe blanche.

Description des ailes du Brun du Pélargonium

Le dessous de ses ailes possède des dessins gris brunâtre, entremêlés de blanc.

Description des ailes du Brun du Pélargonium

La particularité de ce minuscule papillon (autour de 2 cm d’envergure), c’est que la femelle virevolte de plante en plante pour y déposer ses œufs sur les boutons … devenus chenilles, ces dernières les dévoreront puis s’attaqueront aux hampes florales, pouvant même forer les tiges !! Pas sure que vous le regardiez toujours avec admiration ce petit fléau arrivé en Espagne depuis l’Afrique du Sud dans des conteneurs remplis de pélargoniums infestés par des œufs, dixit mon super guide !!

Bon, il est quand même très beau et je trouve ses yeux très expressifs …

Brun du Pélargonium sur fleurs de bourrache

Pour aller plus loin, je vous conseille ce livre bien fait et facile d’accès.

Cliquez sur l’image pour le découvrir.

Sur le même thème…

28 Commentaires

  • Reply
    Cherry Wood
    14 août 2019 at 20:01

    Merci pour ton article, il m’aide beaucoup. Et les photos incroyables. ^^

    Pareil, j’adore les observer, les photographier…Mais ce n’est toujours facile de les identifier, je suis la première à me tromper (ou j’oublie vite leur nom) !

    • Reply
      Nathalie
      14 août 2019 at 20:50

      Oh merci beaucoup pour ton retour !! Cela me fait très plaisir 🙂 C’est le petit cuivré du printemps qui m’a décidée à faire ce billet, je l’avais trouvé joli mais je ne connaissais pas son nom … Du coup l’envie m’a prise d’étudier tous les autres, plutôt que de seulement les photographier 🙂 Merci aussi pour les photos !! Pas toujours celles que j’aurais voulues, mais voilà le papillon est une star qui n’aime pas les paparazzis 😉
      Bonne soirée 🙂

      • Reply
        Marie L / Allergique Gourmand
        14 août 2019 at 22:00

        J’en retrouve certains dans mon jardin. Mais ton panel est splendide et très varié. Je ne suis pas certaine d’en avoir autant ou alors je passe trop de temps en cuisine pour bien regarder.
        Belle soirée

        • Reply
          Nathalie
          15 août 2019 at 07:49

          Bonjour Marie,
          Je ne pensais pas en avoir autant de différents, et je n’ai pas pu tous les photographier, faute d’appareil sous le bras … Et moi je peux les observer car je ne passe pas suffisamment de temps en cuisine 😆 Au grand désespoir de Rose qui adore cuisiner … Promis aujourd’hui je fais des gaufres 😉
          Bonne journée Marie, en cuisine ou ailleurs 😉 Bises !!

    • Reply
      Caro
      15 août 2019 at 06:51

      Quelle variété ! Merci pour toutes ces informations. Chez moi les papillons adorent la lavande, en particulier le moro sphinx que j’adore. Je vois aussi des piérides, des paons du jour, des amaryllis… Cet été dans les Alpes je me suis régalée.

      • Reply
        Nathalie
        15 août 2019 at 07:59

        Bonjour Caro,
        Je ne pensais pas en avoir autant, et faute d’appareil je n’ai pas pu tous les photographier (d’où l’article évolutif !), j’ai vu aussi des Citrons et des Vulcains, certainement des Azurés également l’année dernière mais je n’avais pas observé le dessous de leurs ailes pour bien les identifier !! Tu as dû effectivement te régaler en montagne, le panel des espèces doit être encore plus riche !!
        Bonne journée, bises !

  • Reply
    Tauriel
    15 août 2019 at 02:01

    Merci pour ton article. Pour moi les papillons sont un énorme symbole. Je me situe en Côte Basque et j’ai pu photographier des papillons “tortues” et des citrus. Je les mettrais sur mon compte Instagram @magyque.elfe. J’adore tous les objets qui sont relatifs à ce petit insecte.

    • Reply
      Nathalie
      15 août 2019 at 08:43

      Je suis ravie que tu sois venue me rendre visite sur le blog et que tu aies apprécié ce petit billet papillonné 😉 J’ai également observé des Vulcains et des Citrons, mais je n’avais pas mon appareil avec moi … Si j’arrive à les photographier je les rajouterais à l’article 🙂 Au Pays Basque tu dois avoir encore plus d’espèces que dans mon petit jardin “parisien” !! J’irais voir ton compte pour découvrir tes papillons 🙂
      Je te souhaite une belle journée et j’espère à bientôt 🙂 Nathalie.

  • Reply
    Séverine
    15 août 2019 at 08:52

    un grand merci pour ce bel article. Depuis toute petite, je ne connaissais que le Paon du Jour, me voici plus experte;-)
    j’habite dans l’agglomération lilloise et vais être plus attentive encore à ces papillons.
    Pendant les vacances, en bretagne nord, il y avait de très jolis petits papillons bleus : l’azurée du genêt.
    Bonne journée et merci pour vos articles.
    Séverine

    • Reply
      Nathalie
      15 août 2019 at 16:23

      Bonjour Séverine 🙂
      Merci beaucoup pour votre retour, je suis ravie que mon article vous soit utile !! Avant j’observais les papillons, je les trouvais beaux mais je ne connaissais par leurs noms :-/ Or J’aime bien connaître le nom des insectes et des fleurs de mon jardin, alors voilà, je me suis lancée dans quelques recherches et j’espère qu’elles vont aider un peu à les identifier 🙂 Il me semble avoir vu des Azurés l’année dernière, mais c’est un petit hyperactif, difficile à photographier !!
      Très bonne fin de semaine 🙂
      Nathalie

  • Reply
    Pascale
    15 août 2019 at 08:52

    Bonjour. J’avoue que je n’ai jamais fait trop attention aux papillons, même quand j’avais un jardin. Il faut dire qu’a l’époque c’était la course nourrice/école/travail/maison. Et maintenant je n’ai plus que deux rebords de fenêtre avec de temps en temps la visite d’une abeille.. bonne journée

    • Reply
      Nathalie
      15 août 2019 at 16:29

      Bonjour Pascale,
      Quand mes filles étaient petites, le jardin n’était pas ma priorité, j’ai toujours aimé le jardin, mais je n’avais pas le temps de l’embellir … Alors je comprends totalement 🙂 Depuis 3 ou 4 ans, je me suis posée un peu et je m’accorde plus de temps, et c’est au jardin que je me sens bien … La photographie m’a fait également apprécier l’observation des insectes, une thérapie aussi, car depuis que je suis petite ils me faisaient peur … Pour mon prochain article j’aurai une petite pensée pour vous 🙂 comment avoir de jolis bouquets sans disposer de jardin 😉
      A bientôt Pascale, bonne fin de journée 🙂

  • Reply
    Nathalie de Brest
    15 août 2019 at 09:25

    Bonjour Nathalie!
    Haaa, le voilà ce billet tout en légèreté! J’imaginais des petites fleurs, virevoltant au dessus des massifs, comme des papillons 😉
    Tu nous as préparé un bien joli article, bravo pour les photos car ce n’est pas simple de photographier les papillons toujours en mouvement! Notamment, le “colibri”, trop rapide pour moi! Nous en avons beaucoup en commun même L’aurore, je l’ai croisé mais l’année dernière! Au printemps, je découvrais pour la première fois, un tout petit papillon bleu que l’on nomme Azuré de la Bugrane, très rapide lui aussi 😉 mais le plus étonnant a été un papillon blanc que j’ai pris au départ pour une plume! J’ai trouvé son nom: Petit ange de nuit ( Pterophorus pentadactyla), lui, il aime les fleurs du liseron. Si tu veux en observer, laisse-lui un peu de nourriture 😉 Merci Nathalie d’avoir pris le temps de rédiger cet article bien documenté 🙂
    Tu m’as donné l’envie de planter le buddleia, une bouture offerte par une amie, pour attirer encore plus de sujets de cette faune ailée. Bonne journée Nathalie! Bisous!

    • Reply
      Nathalie
      15 août 2019 at 16:40

      Coucou Nathalie 🙂
      Et ouiiiii le voilà enfin !!! Ce fut long et laborieux 😆 Mais je voulais faire les choses bien et ne pas raconter de bêtises !! Pour le billet fleuri, et bien ce sera pour la prochaine fois 😉
      Comme tu me le dis, photographier ces petits voltigeurs n’est pas une mince affaire, et les photos que j’ai obtenues ne sont pas toujours comme je les aurais voulues :-/ Il faut encore que je m’entraîne 😉 Je suis ravie d’apprendre que l’on partage les mêmes papillons, je trouve cela rassurant, mon jardin urbain est donc accueillant !! Pour la nourriture, j’avais une année accroché des “friandises” pour les oiseaux, dont raffolaient les papillons, tu me fais penser que je devrais donc en racheter, pour observer de nouveaux papillons ! J’ai croisé également des Vulcains, et des Citrons, mais pas d’appareil sous la main :-/ Je ferai évoluer mon article si je les recroise au jardin, pas grave 🙂
      Je suis également ravie de t’avoir donné envie d’un buddleia (échange de bonnes idées !), c’est un arbre robuste, pas exigeant et qui fleurit longtemps, à planter au soleil 🙂
      Très bonne fin de semaine ma Belle, à bientôt, des bisous 😘

  • Reply
    Emmanuelle
    15 août 2019 at 13:19

    Merci pour votre article une aide salutaire pour reconnaitre mes papillons dans mon jardin Ils sont nombreux et grâce à vos superbes photos et légendes je peux à présent mettre un nom sur certains en commun avec les vôtres
    Je vous souhaite une très belle journée
    Emmanuelle

    • Reply
      Nathalie
      15 août 2019 at 16:54

      Bonjour Emmanuelle,
      Je suis ravie que mon article vous ai permis de reconnaître les papillons de votre jardin !! Réaliser ce billet m’a également beaucoup servi, j’en sais davantage sur les habitudes et les préférences de mes papillons !
      Merci pour mes photos 🙂 Il faut encore que je me perfectionne et que je m’arme de patience pour avoir quelques clichés plus nets (je pense au Moro-sphinxe, à l’Aurore ou à la Belle-dame 🙂 ).
      A bientôt Emmanuelle et une très bonne soirée,
      Nathalie.

  • Reply
    Virginie Douce
    16 août 2019 at 08:22

    Super article Nathalie ! Le Moro, je n’ai jamais réussi à avoir une photo nette et c’est pas faute d’avoir essayé ! ^^ Belle journée, bises

    • Reply
      Nathalie
      19 août 2019 at 07:21

      Coucou Virginie 🙂
      Merci c’est adorable, il y avait longtemps que j’envisageais ce billet, puis j’ai mis un certain temps à le faire 😆 Et il n’est certainement pas terminé car d’autres papillons virevoltent dans le jardin, mais jamais au moment où j’ai mon appareil !! Il m’a donné du mal le Moro et les photos ne sont pas celles que je voulais mais je l’aurais un jour, je l’aurais 😉
      Je te souhaite une très bonne semaine, bises 😙

  • Reply
    meli
    16 août 2019 at 10:30

    Coucou Nathalie,
    Quelle surprise et quelle merveille de découvrir toutes ces petites fées de ton jardin 😍
    Tellement vifs, même si certains de ces papillons s’attardent plus que d’autres sur les fleurs, je t’imagine faire preuve de grande patience et de curiosité, leur observation est d’un tel repos 💕Lorsque je me mets à les suivre dans la nature et le long des cours d’eau des petites rivières glacées, j’y passe aussi des heures (qu’on ne voit pas passer!) et reviens gelée 😄Pas de zoom mais un 45mm alors je dois bien m’approcher (un de ces jours j’espère, le 25mm ou reprendre la macro que j’adorais tant avant de changer d’appareil pour chute de mon sac à guidon qui s’est ouvert accidentellement lors d’une descente caillouteuse à vive allure)
    Dans le jardin, nous avons les mêmes papillons que chez vous! Depuis l’année dernière par contre, je m’inquiète du Machaon qui se fait de plus en plus rare… et j’ai l’impression qu’il y a moins de butineuses, mais c’est vrai aussi qu’il fait trop chaud et qu’il n’a pas beaucoup plu. Notre buddleia attire aussi bien des habitants!
    Merci pour ce partage !!!
    Je t’embrasse Nathalie et te souhaite un très beau week-end 😘

    • Reply
      Nathalie
      19 août 2019 at 07:37

      Coucou Monique,
      Merci pour cet adorable commentaire, c’est vrai que j’ai passé un certain temps à les photographier ces petits voltigeurs, mais comme tu me le dis, c’est du temps qu’on ne voit pas passer … sauf peut être pour les autres membres de la famille qui pouvaient me voir disparaître plusieurs minutes alors que nous étions en plein barbecue et que j’avais enfin vu voler une Piéride 😆 J’aimerais aussi revoir une Belle-dame de plus près !! J’espère qu’un jour tu nous feras une petite mosaïque de tes jolis papillons évoluant dans tes beaux paysages 😌 Quelle mésaventure avec ton appareil, j’aurais été anéantie de perdre le mien !!!
      Cette année je n’ai pas trop à me plaindre, les butineurs sont assez nombreux au jardin, peut être est-ce dû au fait que je sois proche de la forêt et entourée de jardins respectueux de la nature, pour cela j’ai de la chance, mes voisins font très attention à ce qu’ils utilisent comme produits dans leur jardin !
      Voilà voilà, je te rejoins sur le Kalanchoe 😉 😘

  • Reply
    Jodanelle
    17 août 2019 at 22:57

    Quelles superbes recherches pour nous éclairer ! bravo. Je photographie les gracieux papillons sans les identifier vraiment et je ne savais pas qu’un papillon portait le nom d’une fleur amaryllis. Merci

    • Reply
      Nathalie
      19 août 2019 at 08:00

      Coucou et merci pour ton retour 🙂 Moi aussi depuis longtemps j’adore photographier les papillons sans connaître leur nom ou leurs habitudes … C’est depuis que j’ai photographié l’Aurore et le petit Cuivré au printemps que je me suis décidée à mieux les connaître et pas seulement à les trouver beaux … Je suis vraiment ravie si mon billet à pu t’aider à identifier les papillons de ton jardin !!
      Je te souhaite une très bonne semaine, à bientôt, bises 😙🌿

  • Reply
    Arrosoirspivoines
    20 août 2019 at 07:47

    Ben dis donc, il y a du monde chez toi! Et du beau monde! J’en ai reconnu quelques uns (surtout la piéride grrr).
    Au pays Basque, j’ai pu en voir d’autres dans les montagnes , ils sont tout petits et bleu ciel, une merveille! Par contre, ils doivent être impossibles à photographier, car toujours en mouvement…
    Des bisous Nathalie, à bientôt, Véro.

    • Reply
      Nathalie
      20 août 2019 at 12:04

      Coucou Véro 🙂
      Et oui, je ne pensais pas qu’il y avait une telle variété de papillons différents dans mon jardin !! Mais comme tu le dis, qui dit papillons, dit chenilles, et on oublie souvent que derrière un splendide voltigeur se cache un être dévoreur de jardin !! Le dernier en date, mon tout petit Brun du Pélargonium dont la chenille engloutit fleurs et hampes florales :-/ Pas vu heureusement de Pyrale du buis !!! On gardera leur beauté et leur rôle de pollinisateurs 🙂
      Peut être un Azuré ton petit bleu 🤔
      Je suis en pleine récolte de graines 😉 Mais la sécheresse, les vacances et les grosses pluies ne m’ont pas facilité la tâche :-/ En tout cas tes petits sachets se remplissent doucement mais surement 🙂
      Des bisous Véro et à bientôt 😘

  • Reply
    Du rêve dans les étoiles
    6 octobre 2019 at 06:12

    Coucou ma belle!!

    Quel bel article enrichissant!! Je me suis posée la question à plusieurs reprises justement en voyant de beaux papillons dans la nature l’été dernier! J’avoue que j’aimerai connaître ton secret pour prendre les papillons en photos et avec de si beaux résultats??? Les photos sont superbes, vraiment!! J’aime beaucoup observer les papillons et les loulous aussi! Lors de nos promenades nature, on s’arrête toujours dès qu’on en voit un. On prend le temps…c’est chouette! La nature est si bien faite! J’espère que tout va bien pour toi. Je t’embrasse et à tout bientôt!

    • Reply
      Nathalie
      6 octobre 2019 at 09:28

      Coucou Jessica,
      Merci pour ton adorable retour sur mon billet empapillonné 😉 Mon secret pour les photographier : la patience, un bon objectif et 50 photos du même papillon avant que je trouve la photo qui me plaise !! Ne jamais me lâcher dans un jardin avec un appareil photo 😆 Merci pour les photos 🥰 J’ai photographié un vulcain mi septembre, le dernier observé au jardin, il faut que je le rajoute à l’article 🙂
      Je suis comme toi, j’adore observer les papillons, et tous les insectes … Je les trouve apaisants, la nature est apaisante …
      Tout va bien et j’espère que pour toi aussi ! Je n’ai pas encore trouvé mon rythme pour tout gérer mais je progresse 😄
      Je t’embrasse et je te souhaite ainsi qu’à toute ta jolie famille un doux dimanche 😘

  • Reply
    Florence de JardinsMerveilleux
    13 octobre 2019 at 21:49

    Un post très complet sur les papillons de nos jardins. Il m’a replongé avec délice dans mes 15 ans où je me suis beaucoup intéressée aux papillons et à leur nom. Chose horrible, je les attrapais et les accrochais dans des petites vitrines. Les années 80, une époque où on ne parlait pas de la raréfaction des papillons….

    • Reply
      Nathalie
      14 octobre 2019 at 18:11

      Bonsoir Florence,
      J’ai beaucoup aimé de prendre le temps d’observer les papillons de mon jardin, et j’ai été surprise d’en dénombrer autant d’espèces, et il me reste à ajouter le Vulcain que j’ai photographié (de loin 😩) il y a peu de temps … Je n’épinglais pas les papillons plus jeune, mais j’ai eu mon lot de torture eu glorieuse aussi, comme ramasser des étoiles de mer et de les laisser sécher au soleil … quelle horreur … Je ne suis pas bien fière aujourd’hui en y repensant …
      Bonne soirée et bonne semaine, bises 🙂

Laisser un commentaire

  Notifiez-moi : 

Restons en contact !

Un Brin Naturel

Inscrivez-vous à la newsletter, vous serez ainsi avertis des nouveaux articles.

 

Je vous promets de ne pas vous embêter... ;-)

Fermer

A Bientôt !

Fermer

Plus dans Drôles de petites bêtes
Abeille des campanules
Attirer des abeilles solitaires dans son jardin.

Des abeilles solitaires au jardin pour favoriser la biodiversité ! Favoriser la biodiversité est un principe qui me tient de...

Fermer